Les littérateurs

font peau neuve !

Au suivant !

Il ne fait pas bon d’être une personne âgée à l’hôpital. Pour le personnel soignant, ce n’est qu’un pantin qu’on manipule et qu’on néglige. Pourquoi chercher à la soigner. Ça coûte cher à la sécu tout ça ! Laisser mourir de faim ma petite maman en prétextant que les médecins étaient « pratiquement » sûrs qu’elle ait un cancer au niveau des voies biliaires. L’échographie et le scanner qu’elle a passés ne le précise pas. Il faudrait lui faire un énième examen, une échographie interne ! Ils font en sorte que maman refuse cet examen. C’est tellement plus facile de la laisser mourir de faim ! Cela fait quatre longues semaines que maman est hospitalisée avec comme unique nourriture une perfusion juste pour la maintenir en vie. Ce corps inutile les dérange, il faut trouver une solution pour s’en débarrasser. La mettre dans une unité de soins palliatifs ou un retour à son domicile avec une panoplie d’aides.
A l’échographie, ils ont vu que sa vésicule biliaire était énorme, sûrement remplie de calculs. Pourquoi ne pas lui retirer ? Non, il paraitrait qu’elle est trop faible pour subir ce genre d’opération. Ils nous disent n’importe quoi. Les vieux doivent débarrasser le plancher, ils ne sont plus utiles à la société. Et cette interne qui ne cesse de nous interpeler tout en cachant son badge avec l’inscription de son nom. Juste pour nous faire une piqure de rappel. Il faut que maman dégage de sa chambre !

alice

Alice aux goûts des rêves
Je t’implore et pense à toi
A l’amour et la bohème
J’ai besoin d’me faire un toit

Que le sublime attise mes rêves
Qu’il m’implore et que je n’vois pas
La réalité existentielle
Et les nuages voilent le pas

J’ai mal donc je me protège
De cet abstrait qui prend le pas
Avoue mon amour éternel
Le charnel s’dérobe sous mes pas

Je crie « à la bohème »
Personne n’entend ce que je vois
Alors j’avoue ritournelle
Se retourne tous contre moi

J’ai rien fait d’mal , j’comprends rien
J’ai mal au cœur et chagrin
Le vague à l’âme , bout du ch’min
Quand j’creuse lançant dans tes reins

Mon amour et puis mon âme
A la façon vague à l’âme
A la manière cellophane
Le plastique brûle voici flamme

Reviens moi , mon amour
Toi qui ne sais pas
c’que j’cache au fond du jour
c’que la nuit je rêve de toi

Whisky, le chaton intrépide

Aujourd’hui, je profite de quelques éclaircies pour replanter quelques soucis en compagnie de mon chaton Whisky. Tout à coup, le ciel s’obscurcit, quelques gouttes d’eau commencent à tomber. Je m’apprête à rentrer à l’abri. J’appelle mon petit compagnon. Au début, aucune réponse, pas le moindre miaulement. Puis, j’entends au loin un petit cri aigu mais je ne vois rien aux alentours de la maison. J’appelle une nouvelle fois Whisky et là, son miaulement est de plus en plus perçant. Il semble en totale panique. Je lève les yeux au ciel et devinez qui j’aperçois tout en haut du saule-pleureur. Oui, c’est bien lui ! Vite, je dois réfléchir à une solution rapide pour le sortir de ce mauvais pas. Je me précipite dans la grange et j’attrape le cueille-pommes.
A peine arrivée au pied de l’arbre, je vois le chaton au bout d’une liane du saule-pleureur prêt à tomber au sol. Il va se rompre le cou, il est trop haut ! N’écoutant que mon sang-froid, je lève mon outil au niveau de mon bébé. Tout suite, il a compris et s’est raccroché à la poche du cueille-pommes et tout doucement, j’ai rétracté le manche pour le déposer délicatement dans l’herbe mouillée.
Décidément, ce chaton n’a pas fini de m’en faire voir, mais il est tellement mignon !

An 10 jour 4

Afin de lutter contre ma schizophrénie latente  le premier texte republié d’AngeliqueLilas traite du thème.

Le thème un peu, beaucoup…

Il va falloir que je trouve une automatisation du retour des textes. Un en 3 jours c’est pas terrible.

J’ai réalisé un logo : LL = Les Littérateurs.

Simple. Joli je ne sais pas.

 

Stef

An 10 jour 3

Je ne voudrais pas être mauvaise langue :

mais il me fallait enlever les quelques mots en anglais du site.

Je n’ai pas su tenir ma langue :

donc j’ai installé un widget de Google qui permet de traduire tous nos textes et commentaires dans toutes (?) les langues parlées sur notre planète.

Je donne ma langue au chat :

oh là là oui, il faut que j’installe un chat ! Pffff après le retour des anciens textes.

Un geste de Doisneau

Avant que je doive prouver
Je ne sais quelle intelligence
Avant que dans la concordance
Je doive tant interroger
Que je ne sais pas si j’ai été
Ce que vous avez été
En allant au-delà des langes
En ce temps-là moi j’étais sage
Je m’éloignais si peu des langes
Qu’on me disait comme une image
Qu’on me disait comme un ange

Et puis un jour j’ai avancé
J’ai marché de cage en cage
Dans les papiers du grand voyage
Découpé les pointillés
Sans bien savoir si je partais
Ou si en fait je revenais
En suivant le chemin des anges
Vers ce temps où j’étais sage
Et m’éloignais si peu des langes
Qu’on me disait comme une image
Qu’on me disait comme un ange

Aujourd’hui j’aime les images
Et dans l’émotion des pianos
Le doux sourire au fil de l’eau
La mélodie de mon rivage
Dont je reste éclaboussé
C’est le sourire qu’ils avaient
Quand je laissais passer les anges
Ils me disaient que j’étais sage
Et ils chantaient mes louanges
Comme elle est belle cette image
Ils souriaient comme des anges

C’est vrai bien sûr que j’étais sage
Pour un temps même j’étais beau
Comme un geste de Doisneau
Dans les photos que l’on partage
J’aime encore en partager
Et si je reste dérangé
Depuis les millions qui dérangent
Au fond de moi je reste sage
Et je chante auprès des langes
Ils me disaient comme une image
Ils me disaient comme un ange

Kalinka

Un temps princesse inca
Un autre miroir de Marylin
Ne déçoit en aucun cas
La meilleure des copines
20151116_082708

Statuts des littérateurs

Pour l’instant deux statuts seront possibles :

  • Contributeur : celui des nouveaux inscrits. Ils ont le droit d’écrire un texte mais celui-ci sera publié après relecture des administrateurs.
  • Auteur : celui des littérateurs ancienne version ainsi que ceux ayant un peu d’ancienneté sur cette version et ayant déjà déposé des textes. Leurs textes seront publiés en ligne sans modération (dans tous les sens du terme).

An 10 jour 2

Quand vous pensez que j’ai un métier. Et ce métier ne me laisse pas suffisamment de temps pour avancer ici.
Mais les littérateurs m’ont assuré de leur patience. Qu’en retour ils sachent mes avancées sur les questions techniques : je vais bientôt démarrer le transfert des premiers textes.
On va débuter par AngeliqueLilas. Avec un pseudo comme ça elle est probablement amie avec le printemps et je ne veux prendre le moindre risque d’être froissé avec le printemps…

Inscription et rédaction d’un texte

Tim-J a vu cela

 

Souci

Et pourtant c’est bien ici qu’il faudra écrire vos textes dans un premier temps. Ne soyez donc pas surpris.

 

 

An 10 jour 1

A l’extérieur la tempête fait rage. L’écran de mon Mac mire ma sérénité. Je me laisse le temps de reconstruire mon site en m’appliquant à ce qu’il soit le plus agréable possible pour les littérateurs.
Aujourd’hui je fais en sorte que chacun puisse s’inscrire à nouveau et partager ses écrits.